Afrobotique

22 mai 2017 680 0 1

Afrique et IT : 4 points à savoir

L’Afrique, 1,2 milliard d’habitants aujourd’hui ; 2,5 milliards de personnes d’ici 2050.

Si le continent a à peine connu l’émergence de l’ordinateur, ses habitants en revanche vont connaitre la déferlante Smartphone. 750 millions d’appareils android, IOS et consorts y seront vendus d’ici 2020.

Le cabinet McKinsey prévoit le remplacement « de plus de 50% des emplois réalisés par des humains, au Kenya et au Maroc ». 

En Egypte, au Nigéria, en Afrique du Sud, le même cabinet estime qu’entre 41 et 48,7% des travailleurs céderaient leur place à des machine ».

La Robotique en Afrique, ce n’est pas un mythe

Pour s’en rendre, il suffit pou commencer à aller faire un tour à Kinshasa. L’avenue Kasa-Vubu est le lieu de travail d’un robot alimenté par des panneaux solaires. Il y fait la circulation. Sa mission : fluidifier la circulation. Ils sont plusieurs ainsi répartis dans la capitale congolaise à réduire les bouchons.

Autre approche du métier

Pourquoi donc remplacer l’homme ? C’est simple, un robot est intransigeant. Jusqu’ici nombreux étaient les conducteurs à s’estimer lésés par des décisions d’agents (en chair et en os).

A l’origine de ce projet, une entrepreneuse Thérèse Izay Kirongozi, qui a fait tout d’abord carrière en tant que dirigeante dans le secteur de la restauration. Elle a fondé  Robot Roulage Intelligent. L’entreprise installée République démocratique du Congo (RDC) a déjà commercialisé une dizaine de ses robots agents de la circulation. Chaque unité est vendue environ 18 000 euros.

En négociation aujourd’hui, l’entreprise prévoit de nouvelles implantations comme à Abidjan, Brazzaville, Libreville ou encore Luanda.

Hackez les Robots

La robotique comme levier de développement de l’Afrique est aussi un moteur d’actions pour de nombreux autres africains. Ingénieur formé au Etats-Unis, Sidy Ndao est passé expert sur cette question. Avec une équipe universitaire d’une dizaine de personnes, il a lancé la 1ere compétition Pan-Africaine de Robot à Dakar. Elle a eu lieu en mai 2016, dans le cadre de la promotion de la science et de la technologie au service du développement, le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, SenEcole et l’Université Cheikh Anta Diop. Succès.

Il existe désormais beaucoup d’événements du même type un peu partout. Parmi eux, on peut citer le « Projet 10 000 enfants » dont l’ambition est d’apprendre à de jeunes nigérians à fabriquer des robots ! Construire des robots à l’école… Motivant pour des enfants de 10 ans !?

Comme le nom de l’opération l’indique 10 000 petits nigérians vont ainsi pouvoir y avoir accès. Ce, grâce à l’appui de l’organisation ACI Computer Education, un acteur de l’enseignement local, lancé par Olaoluwa Balogun.

Aujourdhui l’Afrique foisonne de fablabs, de robotlabs, de startup week-end, de hackathons… Tel que Ie Hub au Kenya. Ce dernier se veut un catalyseur de l’écosystème. On y forme de jeunes entrepreneurs à répondre aux défis de la technologie et de l’innovation.

Tous ces événements ont pour but de familiariser jeunes et moins jeunes à la technologie à l’électronique et la robotique. Une opportunité pour le continent, qui voit de nouvelles façons de repenser, de réinventer le travail, de préparer l’avenir.

@Abdoulaye Sy 

Categories: Robotisme
share TWEET PIN IT SHARE
Leave a reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *